Le vieux Chêne


 

Le vieux Chene (couverture)Le vieil homme regardait le feuillage de son chêne danser au gré du vent du sud qui transportait une étrange mélodie sur son sillage. L’homme aimait écouter cette musique particulière formée par le bruissement des feuilles et altérée probablement par tous les mots qui s’y trouvaient. La musique de l’âme, comme il aimait l’appeler, ne s’entendait qu’en fermant les yeux et en se remémorant quelques-uns des secrets que chaque branche abritait. Il s’apprêtait justement à grimper dans son chêne afin de cueillir les fruits de la veille. Fruit de papier que l’on venait secrètement accrocher pendant la nuit. Il les dépliait soigneusement, lisait leur contenu, puis il les transcrivait dans un de ses nombreux cahiers comme s’il ajoutait quelques plumes dans un immense oreiller. Ce marchand de sommeil pour tous ceux qui un jour, avaient osé lui confier un secret, témoignait ainsi de la grande fragilité humaine. L’arbre et le vieil homme s’étaient lentement construits une belle notoriété dans ce patelin rural. Tous les habitants connaissaient l’histoire extraordinaire du chêne et du vieil homme qui s’en occupait depuis des années. Leur réputation dépassait même les limites de la ville alors que des badauds s’aventuraient eux aussi durant la nuit afin de venir accrocher un bout de papier dans l’arbre et ainsi, se libérer à leur tour d’un poids qu’ils avaient sur la conscience ou simplement pour y raconter un de leurs secrets. « Le vieux fou », comme l’appelaient affectueusement les habitants du coin, prenait alors le temps de lire tous les nouveaux messages qu’on y avait laissé et dès lors, ces mêmes papiers se trouvaient curieusement transformés en fleur.




Pour vous procurer la version papier en Europe (Cliquer sur le bouton ci-haut)

Pour vous procurer la version papier au Québec (Cliquer sur le bouton ci-haut)